De Litang à la frontière du Vietnam  – Région du Sichuan & Yunnan – Juillet 2018

Notre séjour à Litang a été marqué par la rencontre avec ce médecin moine tibétain. Tenant un petit dispensaire dans la ville, il fabrique la totalité de ses médicaments, à base de plantes, qu’il va cueillir dans les montagnes environnantes. Curieux et intrigué par cette médecine si différente de nos pratiques occidentales, Pierrick est passionné d’en apprendre davantage sur la médecine tibétaine. Le médecin nous consacre alors un après-midi à nous raconter son parcours, ses apprentissages et son approche avec les patients. Une chinoise rencontrée dans un temple bouddhiste nous avait confié, un peu effrayée « les moines me font peur, ils peuvent lire à travers nous ». Avant de partir, sans rien dire, le médecin nous offre des médicaments à base de plante pour soigner les maux d’estomac… Digestion et transit difficiles pour nous depuis quelques semaines, nous avons compris les propos de cette dame quelques temps auparavant. Nous avions déjà ressenti ce sentiment très fort qu’il se dégage lorsque nous rencontrons des moines. En leur serrant la main, les regardant droit dans les yeux, nous avons cette impression qu’ils nous cernent très rapidement, qu’ils comprennent en un regard et une poignée qui nous sommes.

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan   voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan

Les journées suivantes sont rythmées par le brouillard, la pluie et le vent aux cols que nous franchissons. Le mauvais temps est toujours synonyme de rencontres, car c’est dans des endroits perdus que nous demandons un toit pour nous abriter un instant. Frigorifiée dans une descente (avec ce temps, on n’est même pas récompensé des montées car les descentes nous gèlent les pieds et bouts des doigts), silencieuse et le visage crispée, Maëlle est au bord de craquer. La prochaine ville étant loin, Pierrick propose de demander l’hospitalité aux nomades sur le bord de la route. C’est avec bonheur que nous sommes invités à nous réchauffer dans le yaourt. Passer des pleurs au rires, du froid au chaud, du moment le plus désagréable au plus grand bonheur du monde, c’est ce qu’il se produit en l’espace de quelques secondes dans ces moments-là. Une jeune nomade nous offre de l’eau chaude, alimente le poêle en bois et nous propose de rester la nuit ici le temps que la pluie cesse.

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan   voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan

Nous reprenons la route le lendemain (toujours sous la pluie…) pour encore de belles rencontres, avec cette fois ci des infirmières qui nous accueillent pour dormir dans un hôpital. Nous ne sommes pas les seuls à ne pas bivouaquer avec ce temps, nous partageons la soirée avec 2 cyclistes chinois, partis à 18 ans sur les routes.

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan   IMG_4023

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan   voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan

Prendre la route par saison des pluies en Chine nous vaut quelques surprises. C’est dans un petit village sur la route pour Benzilan de qu’on nous annonce que la route est fermée pour cause d’éboulements sur les routes. « Quelle poisse » se dit-on.. Pour finalement comprendre que l’éboulement à eu lieu il y a un mois, mais que les travaux pour déblayer et sécuriser la route sont longs, car les pluies quotidiennes engendrent des chuttes d’arbres, de pierres et de boue sur les travaux réalisés la veille… « Vous pourrez peut être passer dans quelques jours ».. nous dit-on. Quelques jours coincés dans une ville un peu cloque, dans un hôtel cloque (petit hôtel de village où il n y a pas l’eau courante… c’est donc comme en bivouac, on fait des toilettes de chat avec 1L d’eau pour se débarbouiller, ça vaut le coup de payer des nuits d’hôtel^^..). On décide de prendre le positif dans les conseils de quelques travailleurs rencontrés dans le village qui nous disent que demain matin le passage sera assez dégager pour essayer de traverser l’éboulement. Optimistes, nous prenons la route tôt pour les 700m de dénivelé positif avant l’éboulement. On découvre l’ampleur de ce fameux éboulement, qui est carrément un bout de colline qui s’est décroché de la montagne !

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan

On se croirait dans un jeu vidéo, quelques piétons traversent, au milieu de la pelleteuse qui déblaye et les bouts de terre qui se décrochent encore. Plutôt 2 fois qu’une, après avoir attendu 2 heures pour analyse notre trajet et espérer que le passage soit de plus en plus dégagé, on fait 2 allers/retours en courant, un avec les sacoches, un avec les vélos, en priant pour que les gentilles pierres au-dessus de notre tête restent accrochées à la montagne le temps de notre passage. De la boue jusqu’aux genoux, les vélos encrassés, peu importe on a franchi l’obstacle, ce n’était pas gagné !

   voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan

Nous ne sommes pas les seuls cyclos un peu fous sur les routes durant la saison de la mousson… Nous rencontrons Victor et Jojo au détour d’une montée, un adorable couple de kinés de Serre-Chevalier (le monde est petit !) avec qui nous bivouaquons, partageons les bons plans pour la suite de la route et nous promettons de nous revoir pour une session ski de rando cet hivers !

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan

Assez de la pluie, du repos pour les cuisses s’imposent… Nous décidons de partir faire de la rando quelques jours dans le Parc National de Meili, a la frontière avec le Tibet, ou culmine le célèbre Kawa Karpo. Même si la météo nous empêche d’admirer ce majestueux sommet, nous partons sur les sentiers, entre les drapeaux tibétains, les glaciers, les sommets enneiges et l’ambiance spirituelle qui règne.

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan, Meili parc national

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan, Meili parc national   voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan, Meili parc national

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan, Meili parc national

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan, Meili parc national   voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan, Meili parc national

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan, Meili parc national

Nous nous éloignons petit à petit des plateaux tibétains, les reliefs commencent a être moins accidentés et nous perdons petit à petit de l’altitude. On sent la différence dans les montées, nous nous étonnons à avaler autant de kms et de dénivelé « facilement ».

Nous faisons des haltes dans des villes, afin de s’imprégner de l’ambiance qui commence a devenir plus chinoise que tibétaine. Toutes les occasions sont bonnes pour découvrir les spécialités culinaires, il faut dire qu’en voyage à vélo nous avons grand appétit 😀

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan  voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan   voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan

IMG_5322

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan   voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan

Il est toujours étonnant pour nous de voir le svastika sur les façades des maisons, qui représente pour nous la croix gammée nazie. Le svastika est un des plus vieux symboles de l’humanité (époque préhistorique) que l’on retrouve dans toutes les civilisations du monde, notamment chez les bouddhistes et hindouistes. Le svastika, est d’abord le symbole de la vie, l’amour, la force, la perfection suprême, de l’infini… C’est le symbole de l’homme qui se place au centre de la croix, au centre des 4 directions (Nord, Sud, Est, Ouest) ou des 4 éléments (Air, Terre, Feu Eau), et qui cherche à s’orienter dans l’espace qui l’entoure, espace infini en perpétuel mouvement rotatif.
C’est donc le symbole de l’humilité, la modestie dont l’Homme doit faire preuve face à l’Univers et à la Connaissance suprême qui ne lui est pas accessible.

Ce symbole a été repris (en le penchant à 45°) et surtout perverti par d Adolf Hitler, qui l’a associé à la « race aryenne ».

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan

Nous faisons un peu de tourisme, en visitant les « white terrasses » a Baishuitai proche de Sangri-La (terrasses calcaires) et les gorges du saut du tigre (canyon sur le fleuve Yangzi). C’est très beau, mais le tourisme de masse chinois vient parfois gâcher la beauté des sites, quand des centaines de cars débarquent au même endroit et que des plateformes sont inondées de touristes à perches a selfie. Définitivement, et nous le savons, nous préférons les petites routes, et traverser des villages à la rencontre des ethnies et communautés.

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan   IMG_5508

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan   voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan   voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan   voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan   voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan   voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan

Nous constatons aussi les réalités, parfois tristes, des chinois qui travaillent dur et du manque de respect de l’environnement. Les constructions sont partout, des routes, des tunnels, des ponts… Nous sommes impressionnés et il faut le dire, pessimistes quant à l’avenir du pays, qui est aujourd’hui le plus peuplé de la planète et également le plus gros pollueur mondial. La menace écologique est grande en Chine, et certains phénomènes ne font que s’accélérer. La désertification avance à grand pas, (le désert en Chine représente ¼ du territoire), ce qui engendre des pénuries d’eau, les eaux sont polluées (1/3 des rivières et 75% des lacs du pays sont très pollués), la pollution atmosphérique fait peure (moins de 1% des villes chinoises ont une qualité de l’air conforme aux normes internationales !) etc.

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan   voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan

Le capitalisme est plus fort que le communisme en Chine, et nous sommes surpris de constater la surconsommation dans les villes et villages. Les conséquences négatives des télévisons et des écrans sur les populations est palpables et désolantes. Tous accrochés aux smartphones, devant les écrans des télé, ils croient aux publicités et leurs désirs se multiplient. Dans les supermarchés, tous est emballé, certes comme en France, mais tout est emballé individuellement (les gâteaux, les fruits, la viande, tout !). Il faut se battre pour refuser les sacs plastiques, dans les marchés, dans la rue, que nous essayons de réutiliser au maximum, ou d’éviter avec des sachets en tissus. Dans la plupart des villes les déchets sont brulés, ou abandonnés dans la nature. Il n’est pas rare re voir une canette de Red bull (Red Bull omni présent en Chine) valdinguer par la fenêtre d’un 4×4 roulant à toute vitesse, klaxonnant à nous en percer les tympans. J’aimerais que le conducteur entente les insultes de Pierrick (qui prend l’accent marseillais quand il s’énerve), mais rien n’y fait mis à part nous défouler et me faire rigoler. Nous en sommes même arrivés à ramasser les déchets abandonnés dans la nature, sous les yeux des chinois, pour leur faire réaliser (en douceur, car la violence et la haine ne mènent nulle part) leur comportement anormal. « Thank you my friend », nous dit un chinois. Nous considérons cela comme une petite victoire, et peut être une prise de conscience. Il reste malheureusement de 1,3 milliards de Chine à sensibiliser…

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan

IMG_5711   voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan

Bref, un peu de rires malgré ces réalités troublantes et pessimistes, lorsque Pierrick se met à faire des acrobaties sur le vélo 😀

IMG_5554

Nous changeons de décor dans le Sud de la Chine : rizières, chapeaux chinois, lacs, chaleur.. Les plateaux tibétains sont derrière nous !

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan   voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan

Nous donnons nos derniers coups de pédales en direction du Vietnam. Mais avant, un petit zoom sur l’histoire du Tibet…

Le Tibet d’aujourd’hui correspondant à la région autonome n’est pas le Tibet d’avant l’annexion du territoire par la Chine.

carte tibet

Depuis des siècles, le Tibet historique ou « Grand Tibet » comptait trois provinces :  l’U-Tsang, l’Amdo et le Kham. Or, en 1965, les frontières du Tibet ont été redéfinies par les autorités chinoises. Aujourd’hui, seule la province de l’U-Tsang, avec une petite partie du Kham, constitue la Région autonome du Tibet. L’ancienne province d’Amdo fait maintenant partie de la province chinoise de Qinghai, et le Kham a été divisé et incorporé aux provinces du Gansu, du Yunnan et du Sichuan (voir carte). Le Grand Tibet équivaut à près de 40 % de la superficie de la Chine dans ses frontières actuelles.

carte tibet, frontieres

Pour se rendre dans la région autonome du Tibet en tant que français, il faut une autorisation et un guide, nous n’avons pas le droit de circuler par nous-mêmes, ce qui rend impossible le voyage à vélo au Tibet. C’est pourquoi nous avons traversé les régions appartenant historiquement au Grand Tibet.

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan   voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan

Cette réduction de la superficie du Tibet permet de parler de minorisation des Tibétains par les Chinois Han, puisque les Tibétains de ces quatre provinces ne forment plus aujourd’hui qu’une minorité (diviser pour mieux régner). Aujourd’hui au Tibet les photos du Dalaï-Lama sont interdites, les enseignements à l’école sont en chinois et plus en tibétains, la langue chinoise est officielle dans l’administratif. Les chinois, comme partout, souhaitent prendre le pouvoir, convertir et uniformiser. La situation au Tibet est grave, et nous aurions vraiment aimé nous rendre au Tibet actuel pour dénoncer tout cela. Mais en traversant le Tibet historique et en discutant avec certains moines, nous avons ressentis la présence chinoise.

voyage à vélo, Chine, cyclotourisme, itinéraire, Tibet, Yunnan, Sichuan

Petit résumé chiffre de nos coups de pédales en Chine :

1600 kms, 17 000 de dénivelé positif et 26 jours de vélos.

Les plateaux tibétains – De Yushu à Litang – Région du Sichuan & Yunnan – Juillet 2018

Ouf nous arrivons enfin à Yushu et avec nos vélos qui ont résisté à la soute du bus. On ne peut pas en dire autant de nos estomacs… Ce passage à Xining avec ses nombreuses tentatives culinaires tant dans les marchés que dans les petits restaurants nous aura coûté une bonne tourista chacun. L’altitude et l’effort à vélo ne va pas arranger le tout mais peu importe, cela parait fou mais nous sommes tellement contents de reposer nos fesses sur la petite selle (et surtout retrouver notre liberté) que nous acceptons de faire de nombreuse pauses WC et de manger du « mifan » (riz blanc) matin midi soir.

IMG_2599   IMG_2604

Nous ne sommes pas déçus, la route qui part de Yushu s’engage directement sur les hauts plateaux et nous traversons 5 cols à plus de 4000 mètres d’altitude jusqu’à Litang. La cohue de la ville laisse place à la solitude des grandes prairies vertes remplies de yacks, des temples bouddhistes et de leurs toits dorés. Les drapeaux colorés tibétains parsèment notre chemin et le faciès des gens se colorent. Question communication, c’est le tibétain qu’il faut parler désormais, autant dire que le langage des mains nous suffira même si nous apprenons vite le fameux « tachidélé » (bienvenue) et le « Quadenché » (Merci).

IMG_2719   IMG_2656

IMG_2727   IMG_2722

(Chaque col est décoré avec des drapeaux tibétains colorés, de prière. Les bouddhistes lancent en l’air des petits bouts de papiers de prières également… Ce qui gâche un peu le côté sauvage et nature, et pollue même…)

Quel bonheur d’avoir quelques jours de soleil pour commencer, nous trouvons toujours de quoi manger sur la route, le bitume est presque neuf et le trafic raisonnable que demander de plus ? Ah oui de belles rencontres et ceux malgré les 1000 klaxons par jours qui commencent a sérieusement nous chauffer les oreilles et la politesse chinoise quasi inexistante.

IMG_2730   IMG_2733

IMG_2736   IMG_2750

(Une arrivée à un col nous est récompensée par un thé et du pain – au beurre de yacks – offerts par deux hommes venus cueillir des fleurs médicinales, connues pour soigner le mal de tête)

IMG_3002

IMG_3125   IMG_2975

IMG_3027   IMG_2971

Nous souhaitons découvrir le bouddhisme et nous sommes servis, des temples de partout et des moines qui courent les rues (ou plutôt sur des motos avec une canette de redbull à la main car la mondialisation passe aussi par le tibet…). A Yushu il y a le mur de Mani de Gyanak, qui est une accumulation de pierres sur lesquelles une prière est gravée : « Ôm maṇi padme hūm » (Salut ô joyau dans la fleur de lotus), la prière murmurée par tous les pèlerins à longueur de journée. Le mur de Gyanak crée en 1715, avec plus de 2,5 milliards de pierres serait le mur de Mani le plus grand du monde.…

IMG_2629   IMG_2619   IMG_2641

Sur la route nous nous arrêtons dès que possible dans des temples. Nous commençons par  le magnifique temple de Serxu comptant plus de 2000 moines. L’arrivées d’étrangers à vélo dans cette région est assez rare et nous avons donc la chance de rencontrer le Lama, le propriétaire du temple ainsi que le seul moine parlant anglais. Quel plaisir enfin d’échanger autre qu’avec les mains, d’en apprendre plus sur la culture, les coutumes et leur philosophie dans la simplicité.

IMG_2883   IMG_2806

IMG_2830

Pour eux, la vie est telle un rêve et nous nous réincarnons sans cesse dans ce rêve sous différentes forme (homme, animal, dieu…) en fonction du bonheur procuré dans notre vie. Seuls quelques êtres sont sortis de ce cycle et ont réussi à s’éveiller et trouver le vrai bonheur intérieur (tel néo dans matrix). On retiendra quand même une phrase : « lorsqu’on se sent malheureux, il nous suffit de donner à un être dans le besoin pour retrouver le sourire» et c’est ainsi que le moine va nourrir les poissons quand il est malheureux. Si donc toutes les françaises malheureuses pouvaient donner quelques sous à des SDF plutôt que faire des après midi shopping, elles seraient peut être en bonne voix pour trouver le bonheur intérieur…. :)

IMG_2957   IMG_2919

IMG_2938   IMG_2934   IMG_2907

(Nous avons la chance de visiter l’hôpital tibétain, où se côtoient médecine tibétaine et moderne. Voici l’armoire des plantes médicinales)

Nous nous arrêtons ensuite 3 jours au temple Dzogchen de Zuqhing, au pied d’un magnifique glacier et entouré de steppe. C’est en fait un ensemble de bâtiments : université, anciens et nouveaux temples, logement etc… regroupant plus de 6000 moines. Tout juste arrivés, nous rencontrons Tsu, étudiant moine, qui nous invite à dormir dans sa chambre d’étudiant de 9 m2 qu’il partage en collocation. A peine les duvets installés au milieu de sa petite chambre, qu’il nous invite à manger – dans la religion bouddhiste, le partage, la générosité et le don sont des valeurs fondamentales qu’ils prônent afin de trouver l’éveil.

IMG_3152   IMG_3164   IMG_3146

IMG_3180

IMG_3308   IMG_3228

IMG_3288

IMG_3259   IMG_3301

Malgré la barrière de la langue, nous restons 3 jours à ses cotés pour vivre tels des moines… Enfin presque car Tsu passe beaucoup de temps à étudier et de notre côté nous en profitons pour marcher, rencontrer le fameux Lama responsable de cet édifice qui nous invite même à participer à un cours de méditation avec 200 heureux élus venant de toute la Chine, autant dire qu’on en a fait des jaloux… 😀

IMG_3393   IMG_3376   IMG_3369

IMG_3457

IMG_3360   IMG_3509   IMG_3479

En chemin pour Garze, c’est auprès d’une yourte d’une famille tibétaine que nous plantons la tente. Nous avons droit à l’acceuil chinois, c’est-à-dire dénué de toute politesse, ils nous regardent tel un spectacle à moins de 30 cm, ils touchent tout, montent sur les vélos pour faire un tour sans rien demander, rentrent dans la tente, bref on pourrait presque croire à un sketch. Une fois qu’ils ont tout vu, tous touché, paradoxalement c’est l’altruisme qui ressort et la famille nous offre du thé, du mifan (du riz), nous invite sous la tente.


IMG_3044

IMG_3070   IMG_3059   IMG_3063

L’éducation est différente (voir inexistante pour nous européens…) et c’est plutôt rigolo quand un moine vous rote au nez pendant un repas, dégoutant quand on arrive à voir l’état des toilettes dans les hôtels, déroutant quand on vous fait un grand sourire pour vous dire non où qu’on vous prend en photo sans même vous demander, et énervant quand on vous cri « rhallo » dans l’oreille, qu’on vous touche où que les chinois ne prennent pas deux secondes pour essayer de comprendre nos trois mots de chinois. Accepter la différence, là est toute la difficulté, et cela doit bien les faire rire eux aussi quand ils nous voient pédaler pendant des heures sous la pluie. Et puis on a aussi de belle surprise comme quand un jeune chinois nous attend plus de 10 minutes en haut d’une montée pour nous prendre en stop sans rien qu’on ne demande, juste parce qu’il nous a vu sous la pluie et a deviné notre découragement. En tout cas si j’avais du temps je construirai une usine de klaxon en chine, je ferai fortune ! 😉

IMG_3338_Snapseed   IMG_2774

IMG_2889   IMG_3140

A Garze changement de décort, nous bifurquons par une route digne des mangas chinois, on longe une rivière qui a sculté le paysage, nous sommes entouré de hautes montagnes dont les pentes abrutes sont remplies de milliers de sapins.

IMG_3622      IMG_3640   IMG_3636

Les endroits de bivouac se font plus rare, la météo moins clémente, et la route toute neuve ne résiste pas aux caprices de la mousson. Ce sont des centaines d’éboulements plus ou moins gros que nous croisons en chemin, et la sécurité en Chine se résume à frayer un chemin pour que l’écartement d’un camion puisse passer…

IMG_3693   IMG_3710   IMG_3677

IMG_3718

Sur la route nous sommes de nouveau invités par des moines à dormir et partager une soirée, décidément le bouddhisme nous marque et nous retrouvons en eux cette humanité qui nous est chère.

IMG_3803   IMG_3757   IMG_3807

IMG_3871

IMG_3857   IMG_3843

En route nous nous arrêtons dans une caserne de pompiers. D’un corps mixte : militaires et civils, les pompiers ont pour mission les incendies (très rares), les accidents de la route, le nettoyage de la route et la gestion des eaux usées (oui oui!). Le chef de caserne nous paye le repas de midi, nous achète de l’eau et nous consacre une heure de son temps pour nous expliquer le fonctionnement de la caserne et des secours de la ville.

IMG_3731   IMG_3740

Après cette superbe vallée, nous remontons à plus de 4500m d’altitude retrouvé les prairies et les yack. Avant d’arriver à Litang, nous avons même la chance d’assister à une fameuse course de cheval organisée par les nomades tibétains, cris, pétards sont au rdv.

IMG_3884   IMG_3933

IMG_3912bis